Le travail en hauteur

Travail en hauteur
" Le meilleur moyen de ne pas tomber, c’est de ne pas monter ! "

En pratique, ce n’est pas toujours possible…

En effet, les travaux en hauteur sont largement présents au sein de chaque entreprise.

Malgré un dispositif important de mesures réglementaires et techniques, des manquements en matière de sécurité lors de travaux en hauteur sont observés.

Ainsi, les chutes de hauteur figurent au deuxième rang des causes d’accidents mortels liés au travail.

C’est pourquoi ce dossier a pour objectif de définir le travail en hauteur, ses enjeux, ses problématiques et ses spécificités. Il vous aidera à structurer une démarche sécurisée fondée sur l’application des principes généraux de prévention et la prise en compte des textes réglementaires en vigueur.

Il s’agit d’un ouvrage généraliste, les règles particulières s’appliquant au secteur du BTP et à certaines catégories de travailleurs ne seront pas abordées en détail.

Une chute n’est pas un acte volontaire. L’employeur se doit d’avoir une démarche de prévention pour ce risque.

La réglementation considère que toute chute peut être dangereuse, quelle que soit la hauteur. Toute élévation au-dessus du niveau du sol constitue désormais un travail en hauteur.

Ce dernier peut désigner plusieurs situations de travail résultant de l’emplacement de la tâche (toitures, passerelles, charpentes…) ou de l’utilisation de certains équipements (échelles, échafaudages, plates-formes de travail). 

La chute de hauteur se distingue de la chute de plain-pied par l’existence d’une dénivellation de toutes les parties du corps humain pendant la chute. 

Le travail à proximité d’une dénivellation, bien que n’étant pas un travail en hauteur, présente les mêmes risques de chute de hauteur.

Les risques encourus par les salariés lors de ces travaux sont extrêmement importants, tant en termes de fréquence qu’en termes de gravité.

Le code du travail précise les règles à suivre pour la conception, l’aménagement et l’utilisation des lieux de travail ainsi que pour la conception et l’utilisation d’équipements pour le travail en hauteur.

Le choix d’un équipement adéquat se fait en fonction de l’analyse des besoins et des contraintes du site.

La législation française recommande le recours aux protections collectives par rapport aux protections individuelles. Il existe un nombre important d’équipements de travail pouvant répondre aux obligations réglementaires. A ce titre, un chapitre a été consacré aux principaux équipements et dispositifs de protection.

Cependant, l’intervention en hauteur doit être effectuée par une personne apte médicalement et ayant reçu une formation adaptée (chute de hauteur, port des EPI, …). 

Dans le cadre d’une relation entreprise utilisatrice (EU) et entreprise extérieure (EE), cette dernière est formalisée dans un plan de prévention avant le commencement des travaux.

En conclusion, les chutes de hauteur restent aujourd'hui l'une des premières causes d'accidents du travail. Leur prévention demeure un enjeu majeur en matière de préservation de la santé et de la sécurité au travail.

Date de dernière mise à jour : 2019